Outils personnels

Vous êtes ici : Accueil

Bienvenue

Bienvenue sur le site du Conseil économique et social de la Région de Bruxelles-Capitale, le site Internet des interlocuteurs sociaux bruxellois. __________________________________________________________________________

Journal du Conseil

Le Conseil économique et social de la Région de Bruxelles-Capitale vient de publier le dix-huitième numéro de son Journal. Cette édition est entièrement consacrée à notre colloque sur l'innovation sociale. Vous pouvez le télécharger ici :

 

 

Réforme fiscale bruxelloise : orientations stratégiques Propositions des partenaires sociaux

Dans une démarche proactive, le Conseil économique et social de la Région de Bruxelles-Capitale poursuit son travail d’analyse des compétences transférées dans le cadre de la Sixième Réforme de l’État et sur leurs conséquences socio-économiques à l’échelle de la Région de Bruxelles-Capitale, plus particulièrement, sur celles en lien avec la politique fiscale.

Le Conseil s’est attelé, dans le cadre de ses travaux en lien avec ce chantier stratégique, à un diagnostic à la fois global et intégré, de l’ensemble des décisions de principe qui ont été prises par le Gouvernement sur base des travaux de la task-force régionale, aboutissant ainsi à un premier avis en la matière.

Au travers d’une première contribution, les interlocuteurs sociaux ont formulé un ensemble de grandes orientations stratégiques susceptibles de répondre aux besoins et défis de la Région de Bruxelles-Capitale et de lui conférer une impulsion nouvelle.

L’avis est consultable dans son entièreté sur notre site Internet.

Réunion des Ministres Vervoort et Gosuin et des interlocuteurs sociaux, au CES, pour une reprise rapide des activités.

Ce mercredi 25 novembre, le Conseil économique et social de la Région de Bruxelles-Capitale a accueilli le Ministre-Président, Rudi Vervoort, et le Ministre de l’Economie et de l’Emploi, Didier Gosuin, pour faire le point de la situation et des mesures prises à Bruxelles dans le contexte du maintien d’un niveau d’alerte 4 en Région bruxelloise.

L’ensemble des interlocuteurs sociaux et les Ministres, sans contester l’importante solidarité dont la Capitale fait l’objet depuis lundi, insistent particulièrement sur la nécessité impérieuse que le Gouvernement fédéral contribue à assurer Bruxelles d’un soutien adéquat, pour une reprise complète et normale des activités dans de brefs délais, et ce en dépit des niveaux d’alerte déterminés par l’OCAM.

Ils ont également voulu marquer leur vigilance commune et leur refus de voir malmener les engagements des forces vives bruxelloises dans la défense d’un modèle de société fondé sur des valeurs de partage et de diversité. « La division que recherchent les terroristes ne peut prendre le pas sur notre engagement à lutter contre les discriminations et notre vœu d’une société plurielle et riche de sa diversité », ont souligné les interlocuteurs sociaux bruxellois.

Colloque sur l'innovation sociale

Le 16 novembre 2015, le Conseil économique et social de la Région de Bruxelles-Capitale organisait un colloque consacré à l’innovation sociale. 

Durant cette journée, des orateurs issus des mondes académique, politique et public ont fait part de leurs réflexions sur les enjeux de l’innovation sociale pour Bruxelles en termes de créativité, d’attractivité de notre région, de développement économique et de cohésion sociale.

De nombreux acteurs de terrain ont quant à eux présenté leurs projets en matière d’innovation sociale.

Les actes de ce colloque seront disponibles en début d’année 2016. Il s'agit d'un document de référence pour qui s'intéresse à ces questions.

Nous vous invitons néanmoins à déjà découvrir les présentations de Monsieur Frank Moulaert et de Madame Stéphanie Van Doosselaere.

Recommandations pour une politique groupes cibles efficiente en Région de Bruxelles-Capitale

Le Conseil économique et social vient d'adopter un document de travail contenant des "Recommandations pour une politique groupes cibles efficiente en Région de Bruxelles-Capitale".

Nous vous invitons à cliquer ici pour le découvrir.

Les interlocuteurs sociaux veulent livrer leurs réflexions sur une vision à long terme pour Brussels Airport

Brussels Airport est un catalyseur et un moteur important pour les activités économiques et pour l’emploi. L’aéroport génère de nombreux investissements (tant directs qu’indirects), de la valeur ajoutée, et de nombreux emplois aussi bien dans la zone aéroportuaire en tant que telle que dans les régions avoisinantes. 

Le récent rapport de la Banque nationale de Belgique sur l’intérêt économique des activités aéroportuaires le montre clairement.

Avec cet évènement « Brussels Airport, un moteur socio-économique pour les Régions », les interlocuteurs sociaux du SERV, du Conseil économique et social de la Région de Bruxelles-Capitale (CESRBC) et le RESOC Vlaams-Brabant veulent mettre en valeur l’intérêt sociétal de Brussels Airport pour les différentes régions et en même temps attirer l’attention sur les conséquences aux niveaux :

  • de la mobilité ;
  • de l’environnement : les préoccupations environnementales liées au développement de l’aéroport – y compris en Région de Bruxelles-Capitale – doivent être intégrées ; 
  • du marché du travail : les perspectives d’emploi et les possibilités en terme de formation doivent être réelles -  également pour les Bruxellois - et un dialogue doit être engagé entre les Régions pour les améliorer.

Les leçons du passé nous ont appris que la position favorable et l’évolution de Brussels Airport telles que nous le connaissons aujourd’hui ne sont pas éternellement acquises. Nous pensons ici, entre autres, à la faillite de la SABENA, au « cas » DHL, à la problématique de l’accessibilité, …

Les interlocuteurs sociaux estiment que les plans pour l’aéroport et les régions avoisinantes doivent être cadrés dans une vision sociétale plus large. Vu l’intérêt de la croissance du pôle de l’aéroport pour la prospérité future, les interlocuteurs sociaux veulent jouer un rôle constructif dans l’élaboration et la mise en œuvre de cette vision.

Cet évènement est ainsi un premier pas posé par les interlocuteurs sociaux qui veulent être impliqués davantage lors de l’élaboration d’une vision structurelle à long terme et des plans y afférents pour l’aéroport et les régions avoisinantes.

Nous vous invitons à cliquer ici pour découvrir les présentations diffusées lors de ce colloque.

Pour plus d’informations:

  • Cil Cuypers, RESOC, 0486/60.67.56
  • Frank Van Thillo, SERV, 0476/22.36.89
  • Johan Van Lierde, CESRBC, 0498/27.49.62

 

     

Intervention de Philippe Van Muylder, président du CESRBC au séminaire Brussels Airport, 22-09-2015

Mesdames et Messieurs,

A ce stade de nos travaux, il n’est plus nécessaire de démontrer combien l’aéroport est un véritable moteur économique, pour la Région flamande, la Région bruxelloise et pour l’ensemble du territoire national.

En manière telle que, sans surprise, au sein de la population bruxelloise, les interlocuteurs sociaux font évidemment partie de celles et ceux qui soutiennent les activités de Brussels Airport, notamment parce qu’ils ont une vision claire des apports potentiels de cet opérateur économique majeur en termes de mise à l’emploi de jeunes Bruxellois.

Mais nous avons tous appris le sens du mot « durable ». Et nous identifions donc sans peine l’ensemble des ingrédients à convoquer pour produire, ici, à Brussels Airport, une ‘success story’ véritablement pérenne :

1.     Le PREMIER INGREDIENT, c’est l’obligation de prendre en compte, outre les indicateurs strictement économiques, les indicateurs sociaux et environnementaux liés à tous les enjeux de long terme.

Concrètement, nous devons travailler non seulement

  • à augmenter la valeur ajoutée du transport aérien et des activités aéroportuaires, à doper les investissements directs et indirects, à accroître le nombre de passagers et le nombre de tonnes de cargo

mais aussi

  • à augmenter la qualité des emplois proposés
  • et à réduire substantiellement les nuisances, les inconforts que génère toujours un aéroport impactant des zones fortement peuplées.

2.     DEUXIEME INGREDIENT, cette prise en compte de l’ensemble des conditions de réussite d’un succès durable doit aller de pair avec des relations apaisées, équilibrées (on serait tenté de dire des relations win-win) entre la Région flamande et la Région bruxelloise.

Concrètement, l’opérateur public bruxellois  de l’emploi : Actiris, vient de renforcer l’équipe chargée du ‘matching’ entre les offres d’emploi de l’aéroport et le profil des demandeurs d’emploi bruxellois ; encore faut-il que les entreprises fassent le pari de s’adresser à ce service et, plus largement, de faire confiance aux jeunes Bruxellois qui souhaitent trouver ici un emploi, qu’ils soient ou non peu qualifiés. Deux problèmes à cet égard :

  • l’objectif de 1.500 emplois durables de qualité à transmettre annuellement à Actiris est loin d’être atteint aujourd’hui !
  • par ailleurs, Actiris doit avoir un accès plus large aux entreprises de la Région.

Ces deux problèmes doivent trouver solution dans le plan d’action 2016, à concerter avec le VDAB.

De son côté, la Brussels Airport House propose un service très large et des informations au sujet des possibilités de travail, tandis que la Airport Academy propose des formations destinées tant à des travailleurs qu’à des demandeurs d’emploi, portant aussi bien sur des professions liées à l’aéroport que sur des activités connexes.

Je pense aussi, Mesdames et Messieurs, que l’organisation du séminaire de ce jour confirme que, dans ce pays, tout le monde n’est pas persuadé que l’amplitude d’une région, du point de vue de ce qui n’est pas strictement culturel, doive [strictement] correspondre au [territoire] des régions linguistiques ».

En réalité, à bien y réfléchir, la 6ème réforme de l’Etat a doté de facto Brussels Airport d’un formidable instrument politique de développement durable : la communauté métropolitaine de Bruxelles ! :

la loi du 19 juillet 2012 n’a jamais fait que confirmer le fait que des relations de coopération étroites entre Bruxelles et son ‘hinterland’ sont essentielles et mutuellement profitables aux 3 régions, en matière d’emploi, d’économie, d’aménagement du territoire, de mobilité, de travaux publics, ou encore d’environnement, toutes matières dont on aperçoit aussitôt les enjeux spécifiques à l’aéroport national.

Je pense enfin que l’ensemble des autorités publiques, des deux côtés de la frontière linguistique,  ont intérêt à communiquer de manière équilibrée sur Brussels Airport, c’est-à-dire tant en soulignant les aspects positifs (en matière socio-économique) que l’existence réelle de « charges » pour l’économie, pour les personnes et pour l’environnement, en y joignant ce qu’elles font pour rendre ces charges…les moins lourdes possible.

3.     TROISIEME INGREDIENT, les énormes efforts qui restent à consentir en matière de mobilité.

Brussels Airport génère énormément de trafic routier, dont la charge ne fait qu’augmenter. Et les prévisions indiquent que cette tendance continuera de s’intensifier, au cours des prochaines années.

Or, une bonne accessibilité, multimodale, pour les voyageurs, les travailleurs et les marchandises constitue une des principales conditions de réussite du développement de l’aéroport, comme Hub national et international.

Au cours de ces dernières années, de premiers efforts ont été consentis pour améliorer cette accessibilité. Il y a eu la réalisation du projet Diabolo, le désenclavement routier au Nord, l’extension de l’offre de bus de De Lijn vers la région aéroportuaire, incluant notamment 13 nouvelles lignes et un bus de nuit, les travaux dans le cadre du RER, la Airport Line de la STIB, etc.

Cependant, la majorité des travailleurs et des passagers continuent de se rendre en voiture à l’aéroport et, pendant les heures de pointe, le réseau routier s’en trouve surchargé.  

a.  Il convient donc que la Flandre et Bruxelles assurent une coordination optimale de leurs politiques de mobilité respectives dans la région aéroportuaire, avec les voyageurs et les travailleurs comme cibles principales.

b. Nous estimons dès lors qu’il est important qu’une amélioration de l’accessibilité multimodale soit poursuivie dans le cadre de cette coordination. Cela signifie que l’on ne peut se limiter à remédier aux lacunes du réseau routier, mais qu’il faut poursuivre davantage une bonne accessibilité de l’aéroport au moyen des modes de transport alternatifs.

c. Par ailleurs, une attention particulière doit être consacrée à la problématique de l’accessibilité multimodale de l’aéroport pour les travailleurs en dehors des heures de service habituelles (dont la nuit).

d. Enfin, Brussels Airport doit être repris comme porte d’accès économique à part entière dans les plans futurs des Régions (plans de mobilité, plans de gestion des espaces, etc.) et des actions doivent être prévues afin de garantir l’accessibilité aisée et multimodale de cette porte, sur base d’un processus d’actions solide, coopératif et transparent. 

4.     Enfin, QUATRIEME INGREDIENT, en matière d’environnement, trois pistes au moins doivent être suivies :

1.     La Flandre prépare actuellement un nouveau “Beleidsplan Ruimte”. De son côté, la Région bruxelloise a élaboré son Plan régional de développent durable (PRDD). Il faut que ces deux plans d’action intègrent le rôle de Brussels Airport comme porte d’accès économique durable.

2.     Il est, en outre, important pour l’aéroport (mais aussi pour les citoyens des deux Régions) que les autorités publiques éclaircissent objectivement l’organisation des itinéraires de vol et les conditions y afférentes.  L’équilibre entre les Régions et entre les intérêts économiques et sociétaux (notamment la qualité du cadre de vie, la santé et la densité de la population) constituent, bien entendu, d’importants points d’attention dans ce domaine. 

On doit regretter, à cet égard, l’échec de la réunion du Comité de concertation du 16 septembre, qui a conduit la ministre bruxelloise de l’environnement à poursuivre, avec l’accord de l’ensemble du gouvernement bruxellois, la levée de nouvelles astreintes, en attendant que s’ouvre une réelle concertation sur trois objectifs :

  • la mise en place d’une solution structurelle et globale en matière de ‘routes’, en évitant les zones les plus densément peuplées ;
  • la mise en place d’une autorité de contrôle indépendante, chargée de veiller au respect des routes tracées ;
  • et l’allongement de la nuit (de 22h à 7h au lieu de 23h à 6h).

3.     Enfin, l’élaboration de programmes d’isolation du bâti doit constituer une priorité majeure des deux côtés de la frontière linguistique.  

Je vous remercie.

Renouvellement des instances du CESRBC

Lors de l’assemblée plénière du 17 septembre 2015, les instances du Conseil économique et social de la Région de Bruxelles-Capitale ont été renouvelées.

L’Assemblée plénière se compose de 30 membres effectifs et de 30 membres suppléants, avec une représentation proportionnelle des organisations des employeurs et des travailleurs prévue par l’ordonnance du 8 septembre 1994 portant création du CESRBC :

  • 15 membres présentés par les organisations représentatives des employeurs, des classes moyennes et du secteur non-marchand de la Région de Bruxelles-Capitale
  • 15 membres présentés par les organisations représentatives des travailleurs de la Région de Bruxelles-Capitale.

Les membres du Conseil sont nommés, pour quatre ans, par le Gouvernement sur des listes doubles de candidats présentés par ces organisations. Le Président et le Vice-Président sont élus pour deux ans, respectivement et alternativement parmi les membres représentant les organisations d'employeurs, d'une part, et les organisations de travailleurs, d'autre part. Ils sont d'expression linguistique différente.

Les nouveaux Président et Vice-Président sont respectivement Monsieur Philippe VAN MUYLDER (FGTB) et Monsieur Jan De BRABANTER (BECI-UEB).

Les membres du Bureau sont : MM. Philippe VAN MUYLDER (FGTB), Jan DE BRABANTER (BECI-UEB), Anton VAN ASSCHE (UNIZO), Paul PALSTERMAN (CSC), Emmanuel DEROUBAIX (CBENM) et Philippe VANDENABEELE (CGSLB).

Nous vous invitons à cliquer ici pour découvrir les photos de cet événement.

Philippe Van Muylder, nouveau président du CESRBC

Ce mardi 16 juin 2015, lors de son Assemblée plénière, le Conseil économique et social de la Région de Bruxelles-Capitale a désigné son nouveau Président en la personne de Monsieur Philippe Van Muylder.

Monsieur Van Muylder succède ainsi à Monsieur WILLOCX, selon le principe d’alternance établi.

Secrétaire général de la FGTB de Bruxelles, Philippe Van Muylder est membre du CESRBC depuis 1999 et membre du Conseil d’Administration du Conseil depuis 2004. Il a par ailleurs déjà été Président du Conseil en 2006. Monsieur Van Muylder est également membre du comité de gestion d’ACTIRIS et de Bruxelles-Formation ainsi que d’autres organismes bruxellois (Impulse, Citydev,..).

Nous vous invitons à cliquer ici pour découvrir les photos de cet événement.

Présentation et signature de la Stratégie 2025

Le 16 juin 2015, les interlocuteurs sociaux bruxellois ont signé la « Stratégie 2025 ».

Ce  programme de législature en matière économique et sociale a pour objectif de redynamiser l’économie bruxelloise avec une vision prospective sur 10 ans.

 

La Stratégie est structurée en deux axes:

  • un axe regroupant les chantiers menés au niveau régional;
  • un axe regroupant les chantiers menés en collaboration avec les entités fédérées.

La « Stratégie 2025 » fonde une part de ses objectifs et engagements sur les constats partagés du New Deal de 2011 ainsi que sur l’évaluation de sa gouvernance mise en œuvre de manière partagée par le Gouvernement et les interlocuteurs sociaux bruxellois.

L’ensemble des deux axes contient 18 grands engagements déclinés en chantiers pour les matières liées à l’emploi, à l’économie, à la recherche, à la formation et à l’enseignement. Chaque engagement est porté par un Ministre. L’ensemble du processus est piloté par les cabinets des Ministres Vervoort et Gosuin. 

Ces 18 objectifs ont pour vocation:

  • de faire de Bruxelles la Capitale belge et européenne de l’esprit d’entreprendre et de l’innovation ;
  • d’inverser le paradoxe de l'économie bruxelloise et d’augmenter la qualité de vie des Bruxellois, prioritairement par une participation plus grande au marché de l’emploi.

La Stratégie 2025 a pour objectif de redynamiser l'économie bruxelloise avec une triple temporalité: à l'horizon 2025, afin d’épouser un horizon prospectif ambitieux et qui dépasse la seule échéance législative, à l'échelle de la législature, et annuellement, afin de déterminer les priorités et d'assurer un suivi régulier de la mise en œuvre de la Stratégie.

Sa mise en place pour Bruxelles dépendra d’une série de conditions de réussite. Cette Stratégie sera implémentée tout au long du processus en collaboration avec les interlocuteurs sociaux du Conseil économique et social de la Région de Bruxelles-Capitale au travers du Sommet social extraordinaire, au CBCES et au CBCES élargi.

Rapport annuel 2014

 

Le Conseil économique et social de la Région de Bruxelles-Capitale vient de publier son rapport annuel 2014.

Vous pouvez le télécharger en cliquant sur l'image ou ici.

 

 

 

     

    Created and hosted by CIRB